[Aller au menu]

Petit dictionnaire du développement durable

A comme...

Agriculture biologique

L’agriculture biologique est une méthode de production agricole qui se caractérise par l'absence d'usage de la chimie de synthèse (pesticides et engrais chimiques), ainsi que les organismes génétiquement modifiés (OGM). Elle se veut le prolongement d'une agriculture traditionnelle millénaire qui respecte le vivant et les cycles naturels. Elle vise à gérer de façon globale la production en favorisant la biodiversité, les activités biologiques des sols et les cycles naturels.

La production est réalisée par la rotation des cultures et l'utilisation de produits issus des plantes ou des animaux : purin d'ortie, compost, savon noir, lutte biologique, la bactérie Bacillus thuringiensis, ou encore le sarclage mécanique pour maintenir la productivité des sols et le contrôle des maladies et des parasites.
Définie depuis les années 1920, il s'agit de l'une des formes les plus anciennement organisées d'agriculture durable.

Agriculture durable

L'agriculture durable (également appelée agriculture soutenable) est l'application à l'agriculture des principes du développement durable. Il s'agit donc d'assurer la production de nourriture, de bois et de fibres en respectant les limites écologique, économique et sociale, qui assurent la durabilité dans le temps de cette production. Elle ne porte pas atteinte à l'intégrité des personnes et des êtres vivants. L'agriculture durable limite l'usage de pesticides qui nuisent à la santé des agriculteurs, des consommateurs et détruisent la diversité biologique. Elle préserve les ressources naturelles (sol, eau, air) elle et protège la biodiversité.

Agriculture intensive

L'agriculture intensive est un système de production agricole caractérisé par l'usage important d'intrants, et cherchant à maximiser la production par rapport aux facteurs de production, qu'il s'agisse de la main d'œuvre, du sol ou des autres moyens de production (matériel, intrants divers). Elle est parfois également appelée agriculture productiviste. Elle repose sur l'usage optimum d'engrais chimiques, de traitements herbicides, de fongicides, d'insecticides, de régulateurs de croissance, de pesticides...
Ce mode de production détruit les milieux naturels et la biodiversité. De nombreux problèmes liés à l'utilisation massive des engrais commencent à voir le jour : pollution des eaux et des sols, disparition des abeilles, destruction de l'équilibre des sols, etc.

Agriculture raisonnée

L’agriculture raisonnée est un système de production agricole dont l’objectif premier est d’optimiser le résultat économique en maîtrisant les quantités d’intrants, et notamment les substances chimiques utilisées (pesticides, engrais) dans le but de limiter leur impact sur l’environnement.

B comme...

Biodiversité

Signifie diversité biologique, diversité du monde vivant à tous les niveaux : diversité des milieux naturels et paysages (écosystèmes), diversité des espèces (animales, végétales, minérales, organiques), diversité des populations au sein d'une même espèce, diversité des individus au sein d'une même espèce, diversité génétique au sein du même espèce, etc.
Ce terme regroupe tous les processus, les modes de vie ou les fonctions qui conduisent à maintenir un organisme à l'état de vie.

C comme...

Circuit court

Selon la définition officielle du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, est considéré comme un circuit court un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu'il n'y ait qu'un seul intermédiaire.
Les circuits-courts représentent une solution pour faire évoluer nos modes de consommation et de production. Ils concernent également  d'autres catégories de produits, tels que les matériaux de construction (terre, chanvre, ardoise, chaux, carrières locales et.).

Consom'acteur

Un consom’acteur est un consommateur responsable et engagé qui se préoccupe de l'impact environnemental, social et économique de chacun de ses achats, les trois composantes de la démarche développement durable. Le consom’acteur ne s’arrête pas à une réflexion poussée lors de l’achat car il se soucie également de la production de déchets.
Il privilégie une attitude citoyenne a une attitude consumériste. Il est conscient que le contenu de son caddie a une répercussion sur le monde dans lequel il vit. De ce fait il a un véritable pouvoir sur les changements de comportement de son entourage.

Le consom'acteur utilise consciemment son pouvoir d'achat. Il « vote avec son caddie » pour défendre les idées en lesquelles il croit, en choisissant à qui l'on donne son argent, en choisissant de consommer de façon citoyenne et non plus seulement de manière consumériste. Par exemple : acheter bio, des produits issus de commerce équitable, éviter les produits sur-emballés, favoriser le commerce de proximité, éviter les produits industriels, etc.

E comme... 

Ecocitoyenneté

Ce qualificatif s'attache à la nécessité, pour l'individu, d'avoir des gestes et des comportements responsables tant par rapport à son lieu de vie qu'à l'égard de ses semblables. L’écocitoyen est celui qui sait penser l’intérêt général non plus seulement des hommes mais aussi d’un collectif plus large, incluant les « êtres non humains ». La protection de l’environnement est intégrée dans la définition de l’intérêt général. En d’autres termes, l’écocitoyen aurait l’aptitude de penser l’intérêt général en s’affranchissant d’une conception strictement anthropocentrique du monde.
Il a la conscience  d'appartenir à un territoire (terre, continent ou pays selon l'échelle) qui garantit son existence, ce qui implique pour lui des droits et des devoirs par rapport à l'environnement.

Ecoresponsabilité

Il s'agit d'une organisation des administrations et des entreprises qui tient compte des enjeux du développement durable. Plusieurs responsabilités sont donc assumées : une responsabilité environnementale, une responsabilité sociale et une responsabilité économique.
Il s’agit, non seulement de préserver et de mettre en valeur l’environnement, mais également de contribuer à l’amélioration des conditions de travail et au développement économique. Il s’agit également d'étendre les comportements responsables au quotidien auprès de tous les acteurs : clients, usagers, salariés, prestaiatires, actionnaires, fournisseurs, etc.

Ecosystème

Un écosystème est un ensemble dynamique d'organismes vivants qui interagissent entre eux (plantes, animaux, micro-organismes et nature morte environnante) - la biocénose -,  et avec le milieu dans lequel ils vivent (sol, climat, eau, lumière) - le biotope -.
L'écosystème constitue l'unité de base de la vie. Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d'échange d'énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie.
Les dimensions des écosystèmes peuvent varier considérablement ; ils peuvent être très petits, comme une mare ou un arbre mort, ou être gigantesques, comme la Terre. Un écosystème peut aussi se définir en fonction principalement de la végétation, d'une espèce animale ou du relief (par exemple : écosystèmes aquatiques, terrestres, forestiers, etc.).

C'est donc un ensemble de vie équilibré, autonome, complexe et fragile.
La survie de l'être humain en dépend intégralement. Paradoxalement, de nombreux écosystèmes sont aujourd'hui menacés, dégradés ou détruits par l'activité humaine.

Empreinte écologique

L'empreinte écologique est une mesure de la pression qu'exerce l'homme sur la nature. C'est un outil qui évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et assurer sa survie (nourriture, chauffage, matériaux de construction, air pur, eau potable, absorption de déchets).
Si les modes de vie exercent une pression trop forte sur un territoire donné, c'est-à-dire si l'empreinte écologique est supérieure à la taille du territoire, la survie risque d'être compromise à plus ou moins long terme...

Un français a besoin d’environ 5,2 hectares de surface productive pour subvenir à ses besoins, un habitant de Mozambique de 0,5 hectare et un Américain de 10 hectares. Si l’on divise la totalité des surfaces productives de la planète par 6 milliards d’habitants, on constate que la Terre met à notre disposition 1,9 hectares par personne et cela ne tient pas compte des besoins des autres espèces.
Les pays occidentaux surconsomment par rapport à la capacité de notre planète. Si tous les habitants de la Terre vivaient : comme les Français, il faudrait 2 planètes supplémentaires pour vivre ; comme les Américains, il en faudrait 4 de plus...!

F comme...

FSC

Le FSC (Forest Stewardship Council) est un label qui assure que la production d'un produit à base de bois (ex. meuble) a suivi le cahier des charges d'une gestion durable des forêts. Le FSC (Forest Stewardship Council en anglais, traduit par « Conseil de Soutien de la Forêt » en français) est une organisation internationale indépendante, non-gouvernementale et à but non lucratif. Le FSC a été créé en 1993 suite au sommet de la Terre de Rio (juin 1992) par : des entreprises de la filière bois (industries forestières, groupes de distribution), des mouvements sociaux (syndicats, communautés locales, organisations représentatives des peuples indigènes...), des organisations écologistes. Ces organisations et individus faisaient alors le constat de l'insuffisance des actions internationales pour protéger les forêts, face à une déforestation importante, notamment en zone tropicale.

G comme...

Gouvernance

Dans le secteur public ou privé, signifie mouvement de « décentrement » de la réflexion, de la prise de décision, et de l'évaluation, avec l'implication des acteurs concernés (les parties prenantes) dans la décision ou la co-construction d'un projet : citoyens, clients, experts, associations, etc.
Cela implique la mise en place de nouveaux modes de pilotage ou de régulation plus souples et éthiques, fondés sur un partenariat ouvert et éclairé entre différents acteurs et parties prenantes, tant aux échelles locales que globales.

L comme...

Lien intergénérationnel

Lien social et relationnel entre les générations. Exemple : mener des actions intergénérationnelles.

Lutte biologique

C'est un moyen de réduire les effectifs d'un organisme - animal ou plante - gênant, en le faisant dévorer par un de ses ennemis naturels. Les insectes sont très présents dans la lutte biologique. De très nombreuses espèces sont mises à contribution. Par exemple, la coccinelle rafole des pucerons ! Cette méthode efficace et respectueuse de l'environnement est trs utilisée en agriculture biologique.

P comme...

PEFC

Pan European Forest Certification est, en Français, le Programme Européen des Forêts Certifiées date de juillet 1998. L'initiative en revient à des propriétaires forestiers de six pays européens. Pour évaluer la gestion des forêts (et afin de définir les politiques régionales), le PEFC se base sur les critères définis lors des conférences Inter-ministérielles pour la protection des forêts en Europe (CMPFE) d’Helsinki (1993), de Lisbonne (1998) et de Vienne (2003). La marque PEFC garantit que le matériau bois est issu de forêts gérées durablement, en fonction des règles de chaque région.

R comme...

Réemploi

Nouvel emploi d'un déchet récupéré ou réparé pour un usage analogue à celui de sa première utilisation. Le réemploi permet de prolonger la durée de vie du produit avant qu'il ne devienne un déchet. Ex : la consigne de bouteilles, à nouveau remplies après leur nettoyage.

Réutilisation

Utilisation d'un déchet pour un usage différent de son premier emploi, ou création d'un autre produit à partir d'un déchet. Ex : utiliser des pneus de voiture pour protéger la coque des barques ou chalutiers.

S comme...

Sociétal

Concerne les sujets dits "de société" : questions sociales, sanitaires et environnementales. On parle de responsabilité sociétale des entreprises et des organisations, lorsque celles-ci intègrent ces problématiques et la notion d'éthique dans leur fonctionnement et leur économie (bonnes conditions de travail, respect de l'environnement et de la santé publique, réduction des inégalités et emploi solidaire, etc.).